Comme tout Français, et peut-être d’avantage du fait de l’éloignement géographique, j’ai pris la nouvelle de la fusillade de Paris en pleine tronche.

J’aurais voulu enregistrer la Marche Funèbre à la mémoire des victimes, mais je dois encore le travailler. À la place, j’ai enregistré le prélude opus 28 N°4 sous-titré « Suffocation » de Chopin. Comme d’habitude, la technique n’est pas parfaite mais bon, je ne pense pas que ce soit l’essentiel ici.