Composition : The four coins

Il y a quelques temps, j’ai redécouvert la musique traditionnelle irlandaise. J’ai toujours eu un faible pour les musiques populaires traditionnelles, qu’elles soient celtiques ou slaves. Cet été, au hasard de Youtube, je suis donc tombé sur un petit groupe de musique et de danse irlandaises formé de trois soeurs originaires de la région de Seattle, dans l’État de Washington : The Gothard Sisters.

Si leur scénographie est souvent un peu kitsch — ce qui tombe plutôt bien vu le public auquel elles s’adressent — leur solide formation de violonistes classiques compense largement, et leurs arrangements valent quand même le détour. Sans même parler de leur compétences de danseuses plusieurs fois primées.

[youtube id=”eTUNeY5q8CQ” width=”1024″ height=”640″ autoplay=”no” api_params=”&list=RDeTUNeY5q8CQ” class=””]

À force de les écouter, je me suis demandé si je ne pourrais pas écrire quelque chose de sympathique dans cet esprit. Et je m’y suis mis.

Précisions que la musique irlandaise est essentiellement faite pour être dansée (cette fameuse danse où les jambes virevoltent mais où les bras restent fixes), et se décompose en deux sous-genre : les jigs (gigues), rapides, et les reels, rapides aussi mais un peu moins. Globalement, c’est toujours écrit de la même façon : par phrases de 8 mesures à 4 temps, qui s’enchaînent parfois entrecoupées de transitions plus lentes pour permettre aux danseurs soit de reprendre leur souffle, soit de se préparer à changer de pas.

J’ai donc écrit 4 pages de délires techniques pour le piano. Chopin, Liszt et tous les compositeurs dont le premier métier est le piano ont tous le même défaut : composer pour se la péter devant le clavier. Je comprends, c’est jouissif…

Ça donne donc les pages ci-dessus. Vous pouvez lire le fichier MIDI synthétisé, le son n’est pas très bon, mais ça donne une idée en attendant que je l’enregistre.

Alors normalement, en irlandais traditionnel, on ne modalise pas. Moi, je suis allègrement passé du sol mineur au la puis au ré majeur. Sans parler de la fin assez peu orthodoxe terminée par une cadence en septième de dominante trafiquée. J’ai en revanche évité soigneusement les tierces (rien que des quartes et des quintes, ou presque), histoire de ne pas violer toutes les règles en même temps.

Voilà, j’espère que ça vous plaira. La partition a été éditée avec MuseScore et est publiée sous licence Creative Commons BY 4.0, ce qui signifie que vous pouvez en faire à peu près ce que vous voulez (jouer, modifier, copier, distribuer) tant que vous mettez mon nom dessus. Voici en téléchargement la version PDF (plus jolie que ce qui s’affiche ci-dessus) et la version source au format MuseScore, s’il vous prenait l’envie de la modifier.

Télécharger la partition PDF
Télécharger la partition éditable

Pensez à m’envoyer le résultat si vous travaillez dessus, ça me fera plaisir.

2016-12-14T11:52:41+00:00 26 octobre 2014|Catégories : Composition|Mots-clés : , |Commentaires fermés sur Composition : The four coins

À propos de l'auteur :

J'écris parce que ça m'aide à réfléchir. Je publie pour que ça serve. Spécialiste calcul et modélisation thermodynamique chez Cellier Domesticus. Photographe. Pianiste. Développeur spécialisé en Python pour le calcul et la modélisation. Auteur de bouquins et de blog sur les sciences et la technologie. Expériences précédentes dans la fonction publique territoriale, les moteurs électriques industriels, les voitures solaires en fibre de carbone et le non-sens académique (maths sup, DUT).